Mécanique de l'orange, humour, dessins et politique

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2011

Reste-il encore de vrais lecteurs de la mécanique?

 

 

Dépoussiérage de placards, visite de stats, encore plus de 1000 visites uniques mensuelles dans ce vieil atelier délabré, et pourtant rien de neuf depuis des lustres. Sous ce hangar où les odeurs d'huiles se mélangent maintenant à celles de moisissures, d'excréments de pigeons et de rats, des visiteurs passent et repassent sans vraiment s'en incommoder.

Qui sont-ils?

Des passants intrigués par les très nombreux dessins humoristiques de la mécanique qui s'affichent dans Google...Comme quoi.

 A  Plus, peut-être...

 Le mécano,

14/03/2011

Le Jeans à 100 Euros...

 

 

Je suis désespéré.

Hier Dimanche, je voulais me réconcilier avec Bayrou qui passait à la télé sur la 5. Début satisfaisant contre une jeune journaliste inexpérimentée,  qui avait vraiment du mal à produire un travail de qualité. Elle se cherchait, tentait de faire sa belle mais n'y arrivait pas. Visiblement sur la défensive, elle jouait encore dans la cours des stagiaires, à la limite de l’incompétence mais du mauvais côté.

Bayrou ne s’énervait pas devant cette agressivité gratuite et maladroite qui se voulait de la franchise journalistique. Il essayait tant bien que mal de dérouler un argumentaire plutôt agréable à entendre et cohérent. J’usqu’à….jusqu’â…..jusqu’à…..patatrarrrrraassss, la glissade fatale…

 

Voilà que Bayrou pour illustrer son propos sur la chine,  nous prend l’exemple du Jeans de base, celui de tout le monde, qui ne couterait que 2 Euros à produire et qui  « comme tout le monde sait » dit-il, est vendu 100 Euros pièce.

J’ai été pétrifié sur place. Heureusement pour le MoDem qu’à cette heure de l’après-midi peu de gens censés sont devant leurs écrans, et qui plus est sur la 5.  Constat terrible de la facture entre les politiques et la masse des Français de base. Terrible désolation de ces politiciens qui ne connaissent pas la vie de tous les jours, incapables de savoir le prix des choses et qui pensent bien gouverner.

Moi qui voulais me réconcilier avec Bayrou, c'est raté...Il devrait s’extraire bien plus souvent de son cabinet Fantôme et de sa littérature classique et descriptive d'un monde fini depuis des siècles,  pour connaitre un peu mieux la réalité de la boue de tous les jours.

Le Jeans de tous les jours, celui de la grande masse des Français, à 100Euros.....

Monsieur Bayrou, le Jeans de base coûte en moyenne 20-25 Euros… On en trouve à partir de 5-7 Euros.

13/03/2011

La montée du radical socialisme

 

Semaine de tsunamis et c'est pas fini...

Incroyable accélération de l’histoire en cette fin d’hiver 2011.  Le XX siècle est bel et bien mort et enterré. Les événements fusent à travers la planète à la vitesse de l’électron.

Les dictatures se retrouvent soudainement en calçons, toutes dénudées à la fin de l’hiver. Montrées du doigt, elles essayent de se cacher le zizi, mais les révolutions s’enchainent. A cela une catastrophe naturelle majeure au japon avec accident industriel et réaction en chaine à la clef. Les bouleversements défont le paysage à la vitesse grand V.

En France d’autres séismes politiques se préparent avec une montée continue des frustrations et une rupture brutale du lien politique et social qui menace déjà la V ième  république.  L’arrogance au sommet de l’état,  l'impunité de l'amoralité, assumée tant qu’elle n’est pas judiciairement répréhensible, le désordre, la volonté de choquer, de casser systématiquement la paix sociale, d'instrumenter les consciences, de plier le pays en deux à des fins électoralistes, mènent à une de ces fin d'illusions terrible où la paix n'est alors perçue que comme un cul-de sac.

croix populiste,La montée en puissance du FN est révélatrice du mal-être social  couplé à ce désordre moral et à cette fuite du temps et des valeurs d'un autre siècle. Toute une noirceur vielle comme le monde se profile, encore une fois elle tente de détourner la masse sociale pour promouvoir un autre type de radical socialisme. Les communistes font le tour par les extrêmes pour ralier les forces noires et dessiner une enscienne façon de revendiquer la révolution sociale basée sur l'exclusion et la discrimination.

Les uns sont prêts à tout pour conquérir le pouvoir, les autres sont prêts à tout pour le conserver. Peu de place pour un débat apaisé et démocratique...Dur, très dur pour le Modem 2012.

10/03/2011

Fluctuat nec mergitur... plus vraiment si sûr

 

Investissons dès maintenant dans la recherche de greffons de branchies
 
Immergétus quand tu nous guettasse,  et Fluctuat nec mergitur plus vraiment si sûr. Va falloir apprendre la nageasse, car ça se gâtasse dans les polasses, les flots vont monter et nous submergeasse,
 
Oui mon latin est déguelasse, mais c’est à cause de la peur et de l’angoisse.
 
Retour sur le climat et sur les simulations qui ne fissent pas de nous faire suer. Il y a déjà quelque temps je faisais allusion    ICI    à ce nouveau type de culture scientifique : la prévision. Aujourd’hui j’en remets une couche.


Comme sa construction l’indique le mot « prévision », composé du  préfixe « pré » et postfixe « vision »,  veut    signifier en premier lieu un type d'observation très contemplative qui consiste à mater le cul des vaches dans nos  pâturages campagnards. On ne sait comment, par la suite, ce mot a glissé de sens et  désigne aujourd’hui  une certaine faculté à prédire l’avenir. Hier réservée uniquement aux mystiques, aux sorcières et autres créatures surréalistes, cette activité est maintenant accaparée par une population toute aussi singulière et pittoresque, celle des hyperréalistus situmlasuce proffesorus de mathématus.


Sans rire, aujourd’hui la simulation est de rigueur est pas seulement dans les couples de plus de 40 ans.

 Pour bien simuler, il faut d’abord être en présence d’un un système physique défaillant, qui montre des signes de fatigues évident et auquel il convient d’explorer plus en profondeur les propriétés liées au réchauffement des corps dits précédemments gelés.


Oui, vous me suivez bien, vous avez bien compris, je parle de la fonte des glaciers du Groenland et de l’Antarctique. Des simulations viennent de révéler qu’il est, dans le cas présent, impossible de simuler un scénario probable de fonte des glaces liée au réchauffement climatique.

 
mécanique de l'orange, montée des océansCe qui est en discussion ce n’est pas le fait observé de la fonte des glaciers, puisqu'il est observé,  mais celui de leur vitesse de fonte. La chose est sûre, les observations montrent que la fonte s’accentue  et que le niveau de la mer monte actuellement de 1.5 mm par an.


Le problème qui fait frémir les simulateurs, vient des effets de seuils, dits non linéaires. Dans le meilleur des cas, dit linéaires et prédictibles, la fonte des glaciers est douce. Ils restent bien tranquillement dans leur coins sans faire de gros pêts. L’océan ne monterait alors pas plus de 60 cm d’ici à la fin du siècle.

Mais, voilà, s’il leur prend l’envie de péter un bon coup, de se casser, de se fissurer, de se rompre, et de se déverser dans la mer par bloc qui se mettraient à dériver, alors ces putains de simulations, non linéaires, nous prévoient une variance pouvant aller jusqu’à 7 m de montée de la mer pour la fin du siècle.


7 METRES de montée. Si vous voulez visualiser les terres sur lesquelles il ne faut plus acheter de terrain …simuler vous-même la montée des eaux et faites vous-même votre propre scénario catastrophe.

ici

simulation, fonte des glaciers, la mécanique de l'orange

 

03/03/2011

Allons-y pour les idées.

 

Soutenons les innovateurs, la création et les idées.

 

Soutenons tous ceux qui croient en ce qu'ils communiquent.

 

Soutenons ceux qui ont des ambitions autres que celles de gérer à la vas-vite une petite semaine de routine, en attendant le weekend.

 

Soutenons ceux qui contre vents et marées lancent leurs étendards ensanglantés à la gueule des idées reçues

 

Soutenons aussi, car ils le valent bien, ces les militants démocrates Alsaciens, interdits parisiens de logo par décret démocratique imposé.

 

Déchainons-nous de nos réflexes, de servitude à la récompense, et de soumission à la peur. Réveillons les asservis, déclarons l'indépendance des idées et votons pour:

pierre schweitze, lucia d'apote, cantonales, strasbourg

 

cliquez!

 

lucia d'apote,pierre schweitzer,strabourg,cantonales

 

lucia d'apote,pierre schweitzer,strabourg,cantonales

lucia d'apote,pierre schweitzer,strabourg,cantonales

 

 

22/02/2011

De la pulpe à la raclure


 
Aujourd’hui un petit retour sur l’aventure bloguesque des militants du Modem.  
 
La vague est partie, on ne sait toujours pas comment, on ne sait toujours pas pourquoi. Comme par magie quelque chose se mit à bourdonner dans le fond de l'air. Ce fut comme une conjonction  improbable de constellations politiques diverses. Des masses citoyennes, prises dans une vie quotidienne toujours plus difficile, se sentant au milieu d'un guet, à une transition de phase vers un avenir bien moins confortable, plein de difficulté, de stress et d’incertitude,  ont voulu faire leur propre révolution, une révolution au thé et à la mente.


Les révoltés, des bobos littéraires,  tous de bonne conscience, rêveurs d’humanisme théorique, découvrirent leur gourou, à la sortie de l’hiver,  en cette année 2007. Ce fut comme un vent de révolte douce et fleurie, à l'odeur du jasmin, de la menthe et du jus de pomme bio. Les voilà tous derrière Bayrou monté sur son cheval blanc immaculé, comme il était courageux, lui devant. Les voilà se découvrant la fibre politique et des convictions profondes. Ça grouillait, ça militait, ça réunionnissait, ça participait, ça s’auto-motivait
 
la mécanique de l'orange,modem,blog,blogsphère,bayrouLe vent de la comète, d'une pureté argentée, sema alors une myriade de blogs, qui fleurirent et s’épanouirent avec la force et le courage qu'ont les marguerites au printemps. C’était la joie de vivre, les commentaires fusaient,  joyeux,  grincheux, pleins de convictions et de passions. En ce temps là Bayrou était encore plein de qualités et illuminait de son aura, tel un soleil gigantesque,  la blogosphère du Modem, qui scintillait de milles feux. C’était la mode des tags que l’on se collait les uns aux autres. Les blogs se liaient en chaînes,  se pénétraient et s’interpénétraient… Un temps où les heures passées à blogoter pour la cause ne comptaient pas.


Puis, les premières pluies arrivèrent avec les Européennes. Bayrou pressé, et le parti à travers lui, incapable d’incarner le moindre renouveau et espoir Européen, fit la campagne des présidentielles quelques années avant l'heure. Une preuve d’impatience et de fébrilité qui n’échappa pas aux Français.  Cohn Bendit acheva le cheval blanc, alors  métamorphosé en sombre taureau burlesque, d’une estocade foudroyante. Bayrou s’écroula, pour ne plus jamais se relever.


Pour les régionales, les choses étaient réglées rapidement. Le parti laminé ne pu rebondir. La garde prétorienne des bobos mentholées  fuyait et se rendait. Les lumières oranges des blogs s’éteignirent, les unes après les autres, comme des étoiles ayant brulés toutes leurs dernières réserves d’espoir, évaporées dans les strates temporelles.  


la mécanique de l'orange,modem,blog,blogsphère,bayrouAujourd’hui la blogosphère du Modem n’est plus qu’un lointain souvenir.

Il reste bien ici où la quelques raclures, des résidus moisis ayant plus ou moins résisté aux outrages du temps. Ici, en voilà un qui s’invente un personnage qui crache, qui rote,  à tendance populiste, un mécano un peu orgueilleux qui sait à peine écrire le Français, mais qui veut causer à Bayrou pour lui dire ses quartes vérités. Là un autre, qui passe tout son temps à commenter les informations, donnant son avis sur tout, pour en fin de compte ne rien dire d’intéressant.  D’autres ne cherchent que des prétextes pour parler seulement d’eux, et ainsi évacuer les frustrations d'un manque de reconnaissance et d'affection. Les vrais militants, eux, ceux qui avaient quelque chose de vrai à dire,  ont fuit la zone centrale depuis bien longtemps.


Raclures, épluchures et  résidus, militants peu intéressés par le parti, mais surtout par eux même, voilà ce qui reste de ce qui fut jadis un des bijoux de la blogosphère politique française.

13/02/2011

Paris, le Modem et les Cantonales

 

Tous les militants du Modem le savent, « Paris » ne veut pas des cantonales.

« Paris » est le terme que tout un chacun, ici bas, en « province »,  emploie pour désigner ce qui est mauvais. A chaque fois qu’une décision centrale nous déplait, nous évitons d'employer le terme qui conviendrait,  le national,  mais nous identifions directement cette frustration à la capitale, à « Paris ». C’est Paris le méchant, c’est Paris qui nous exploite, qui nous considère comme des serviteurs n’ayant pas droit à la parole, des moins que rien, etc… La chanson est bien connue, c’est le refrain eternel des péquenots.

Ainsi va la gouvernance de la France, tiraillée par cet héritage royaliste de la République. Tout est relié à sa capitale, à son centralisme directif, et cela depuis des siècles et des siècles, amen.  Même chez nous, qui nous disons  tenant de la haute sensibilité démocrate, qui voulons promouvoir la décentralisation, surtout en province…nous ne dérogeons  pas à cette loi de la physique de centrifugation,  tout tombe de Paris,  à travers des « directives démocrates », qui fusent à vive allure, depuis le cerveau central vers les organes musculeux, les relais mécaniques, n’ayant pas, eux, la matière grise suffisante pour générer les idées sur place.   

La stratégie parisienne est maintenant bien établie et ne peut  supporter la moindre discussion. A force de nous la matraquer, nous la connaissons tous. Même si à chaque fois nous nous bouchons les oreilles, il y a toujours les bon serviteurs du prince, zélés, qui ne se privent pas une seconde de nous en resservir une lampée.

Le Modem a pour unique  objectif les présidentielles de 2012. Il aidera son président à briguer la place de l’Elysée, et cela avec amour et servitude.  Tout ce qui peut nuire à cet objectif est à bannir, comme par exemple les cantonales, qui pourraient montrer, une fois de plus à la population citoyenne, l’état réel de la confiance des Français en notre mouvement.

Le pari de Paris est de tout miser sur le Bayrou 2012.  Comme en 2007,  les qualités exceptionnelles de Bayrou, son sens inné de l’état, sa clairvoyance et sa vision révolutionnaire de la société,  son intelligence politique, son calme son control de soi et sa force tranquille, son ouverture d’esprit et son sens du dialogue, son soucis des pauvres gens et son engagement contre l’élitisme, feront qu’il sera porté de nouveau par une vague « tsunamitique »  populaire et citoyenne, d’une amplitude immense,  qui lui permettra de devenir enfin Président de la République Française.  

la mécanique de l'orage, boite aux lettres, militant politique, modemAlors, malgré le retour des troupeaux des anciens éléphants oranges, acourant au bercail des affamés, voulant profiter de cette nouvelle manne populaire,  se seront les petits militants du Modem, les petites mains des boites aux lettres, les petits pieds,  ceux  qui, n’ayant pas eu la possibilité de s’implanter localement, auront sacrifié  leurs ambitions politiques locales pour mieux servir Bayrou, ce seront eux qui se verront  octroyer,  en priorité absolue,  les investitures de députation, même s’ils sont inconnus.  Les notables et les éléphants  pourront bien barrir de colère, cela ne changera rien. Le chef est magnanime et reconaissant. Ce sont les militants fidèles qui en profiteront avant tout.

Bien sûr, on n’est pas obligé d’y croire totalement.  Mais c’est ainsi que la chose est vendue. Ceux qui se sacrifient aujourd’hui seront récompensés demain. Assurément ! Assurément !

Les traitres au mouvement, eux, les vilains,  diffusent une histoire un peu différente. Ils assurent qu’il y a une probabilité non négligeable, pour que Bayrou ne fasse pas plus de 6% aux présidentielles, cela,  à cause  du nombre probablement important des candidats dits « centristes », conjugués à une candidature probable de DSK au centre gauche, et à la perte définitive de la virginité de Bayrou, qui n’est plus la belle et flamboyante pucelle de 2007 , mais qui serait plutôt catégorisé dans celles dont tout le monde est passé dessus sauf le train… Un Bayrou à 6% en 2012 sonnerait évidemment la fin définitive du Modem et le sacrifice inutile de ceux que l’on pourrait nommer « Les militants interdits », ces fidèles au mouvement auxquels le parti refuse tout soutien pour les cantonales au nom du Bayrou 2012.

05/02/2011

Après la Tunisie, après l'Égypte: Vive la Révolution Française.

 

Après  la Tunisie, après  l’Egypte, Vive la révolution Française.

mécanique de l'orange, révolution tunisienneRévolution tout court, ni même copernicienne à la JFK, ni même dans un verre de thé à la menthe autour d’un récit des milles et une nuits,  juste le son pur de la révolte qui gronde, celui d'un peuple qui prend conscience de sa propre existence corporelle, et qui tel un être uni fait face à la dictature brutale,  montre une seule volonté, émet une seule  pensée, exige une même liberté.

Mais la révolution s’épand au-delà des pays arabes et contamine  aussi  nos esprits endormis d’abrutis pleins de certitudes. Du haut de notre piédestal, nous découvrons stupéfait que l’idée  de la liberté peut-être aussi partagée par des cultures que nous pensions à jamais incompatibles avec cette notion.

Au fil du temps, nous nous étions auto-convaincus que la notion de démocratie n’était, peut-être,  qu’une culture  purement Européenne ; et que ce schéma d’organisation social,  que ces valeurs humaines, que nous pensions universelles,  devaient  probablement paraître très incongrues à d’autres cultures ; que tous ces  pays de langue arabe et de culture musulmane ne pouvaient trouver de la stabilisation que dans les régimes forts,  à travers  les rapports de forces, à travers l’exploitation de la haine et de la violence.  Nous étions même arrivés à un stade où la contamination commençait à se faire en sens inverse. Certains  émettaient même des doutes sur les vertues de la liberté et de la démocratie et imaginaient, pourquoi pas,  des états directifs en Europe pour le bien de nous tous.

Mais,  voilà : « Liberté Egalité Fraternité, Vive la Révolution, Vive la Liberté » dans la bouche d’un tunisien et  puis dans celle d’un égyptien. Bravo et respect. Et voilà que ces revendications ayant de nouveau retrouvées leur vrai sens, nous reviennent en boumerang, amplifient notre pensée, et nous questionnent enfin sur nous même.

Nous n’avons  pas de rois… ou presque, d’empereur… ou pas encore, de dictateur …quoi que, pas de corruption …trop visible. Mais nous avons le SYSTEME, celui de l’aristocratie politico financière. Le système qui fait que des amis bien choisis se partagent le pouvoir et les richesses du pays.  Ils contrôlent la presse, les armes, les énergies et font les lois pour eux-mêmes. Ils se pénètrent et s’interpénètrent, s’échangent, se filtrent et s’exfiltrent. Ils tiennent détiennent et retiennent  les postes et les rémunérations dans tous les  conseils d’administration des grandes entreprises privées et publiques,  dans les quelles ils se placent, se déplacent et se replacent. Le système a aussi ses miséreux,  à qui il offre des postes fictifs de la haute fonction publique. Le système n’oublie pas de nourrir tous ses membres, tant qu'ils lui restent fidèle.  

mécanique de l'orange,révolution,tunisie,égypte,révolution françaiseLa France est sous l’emprise d’une oligarchie bourgeoise parisienne qui refuse la décentralisation et la notion de Région Française. Une oligarchie qui sclérose l’économie Française par leur propre égoïsme, en ne soutenant financièrement que leur grandes entreprises et en oublient l’essentiel qui fait qu’une économie se développe innove et investie: les petites et moyennes entreprises.

La France Politique se sclérose aussi. Les têtes sont coupées en coulisse dans des salons feutrés, les unes après les autres. Aujourd’hui plus aucun homme ou femme politique de valeur ne semble être en mesure de l’emporter. Nous sombrons dans une période de glaciation politique, où la médiocrité politique est de mise, de laquelle il faudra bien que l’on se réveille un jour, le jour de la vraie Révolution DEMOCRATIQUE Française….

 

AUX ARMES etc..


MELISSMELL : Aux armes ! -Acoustique incontournable -
envoyé par voltaireonline. - Clip, interview et concert.

01/02/2011

Le Mécano se gratte le cerveau du côté du bas ventre.

 

Chers lecteurs et chères lectrices,

 

la mécanique de l'orange,succès,lecteursUn petit message de votre mécarédacteur favori, pour vous annoncer que depuis le début de l’année vous êtes plus de 1000 lecteurs uniques et réguliers à fréquenter l’atelier.  Parmi vous certains sont de passage, par erreur d'aiguillage, certains jettent seulement un petit coup d’œil aux illustrations et d’autres enfin lisent un peu plus les élucubrations mécaniciennes.

Étonnante montée que celle de ce scarabée inculte en grammaire, que celle de cette petite bête maligne qui, visqueuse, s'accroche et colle à tout,  qui fouine, qui fouille, qui se fout pas mal des conventions dites du "tas de cravates".

Une dizaine de lecteurs en 2008, et plus de 1000 lecteurs 200 notes plus tard.  Bien sûr,  rien à voir avec certains blogautoroutes, mais le petit atelier à sa clientèle et commence à prendre de la place quelque part, on ne sait où.

Comment prendre ce virage? Suivre ou ne pas suivre la foule. Renier et retrouver la tranquillité d'antan? Voilà un sujet de réflexion pour le pauv’ mécano  qui pour une fois se gratte le cerveau du côté de la tête, plus haut que d’habitude... pour changer...

 

 

 

29/01/2011

La révolution des nouvelles technologies

Révolution internet, oui peut-être, mais pas virtuelle du tout.

 

 

Étonnante révolution que celle des nouvelles technologies. Peu de gens auraient imaginé de telles ramifications.  Les réseaux sociaux d’internet ont trouvé en Tunisie et en Égypte leurs véritables lettres de Noblesse.

 

tunisie,égypte,nouvelles technologies,révolution,internet,la mécanique de l'orange

 

 

 

21/01/2011

S'il te plait, mesure-moi un Univers

 

Univers.jpgPour ceux qui aiment jouer à se faire infiniment peur en se posant des questions qui sont et resteront jusqu'à la fin des temps sans aucune réponse, voici quelques éléments finis permettant de mieux appréhender ces infinis chers à nos philosophes et à nos mathématiciens.

Il y a une infinité de façons de s’imaginer l'infini. Aujourd'hui, l’outil informatique nous permet de voyages à travers les échelles d'espace en une fraction de seconde.

Alors montez donc dans la machine à remonter l’espace.

 

Quelques grandeurs d'échelle : ICI  

18/01/2011

Les « Animaux » malades de la peste.

 

<< Selon que vous soyez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. >>

 

Les animaux malades de la peste.jpg


Fable idiote que cette boutade de Jean de la Fontaine. Personne n’y croit.  Il insinuerait que la justice serait à plusieurs attelages. Que nenni !  Jean de la Fontaine est largement dans l’erreur, car pour être mal traité par la justice, il faut déjà avoir le droit à la justice. Et là, nous le savons tous, ce n’est pas le cas. Plus on est pauvre et plus le droit à la justice est restreint. 


Le zéro absolu en matière de droit à la justice, là où la mesure s’arête, est atteint pour les misérables, ceux qui n’intéressent plus personne, ceux qui gênent tout le monde, ceux qui trainent leur carcasse déglinguée et sale à la vue des bien pensants, ceux que tout le monde regarde comme des « animaux malades de la peste », que décrivait Jean de la Fontaine et que tout le monde voudrait chasser au loin.
 
Roms - mécanique de l'orange.jpgCertains essayent de les repousser dans des recoins isolés, pour « nettoyer » les places publiques. D’autres portent plainte contre eux à la police, car ils feraient peur aux enfants.  D’autres les agressent les aspergent d’essence ou d’acide. Le restant des autres fait des lois pour les priver de justice. Et ainsi, où qu’ils « logent », sur le trottoir, dans des parkings, dans des bois, dans des caravanes, ou « simplement » dans la rue,  ils peuvent encore et toujours être expulsés, plus au loin. A la prochaine campagne anti rom, il n'y aura plus besoin de circulaire « ad'discriminative  », tout sera déjà inclu dans la nouvelle loi anti pauvre.
 
Effectivement, voici la nouvelle trouvaille du gouvernement pour « chasser  » la misère: une justice   « spéciale pauvre »  délocalisée dans les administrations de police. Vous comprenez chers lecteurs et lectrices, un magistrat de la république est bien trop précieux, il coûte bien trop cher à l’état pour l’occuper avec de basses histoires de misérables. La police n'a qu'à leur rendre la justice elle même.  Elle s’occupe déjà d’eux au quotidien, cela ne devrait pas poser de problème, même s'il y en a plusieurs... On fait des économies d’échelle, c’est plus expéditif et les finances publiques s’en porteront bien mieux. Croyez-en l'UMP.


Incroyable ! Mais pourtant vrai. La république est méconnaissable. Qui est donc aux commandes? Comment peut-on imaginer une république dans laquelle la police, aussi rigoureuse soit-elle,  soit habilitée à rendre justice? Ils l'ont imaginé. Ils l'ont fait. Ceux qui voulaient aider BEN ALI à mater la révolte en Tunisie sont aussi ceux qui proposent   la nouvelle loi de  « lobotoppsie »: Loppsi 2, dans laquelle il est inscrit: que le préfet de police, se subtituant à un magistrat, pourra prononcer des arrêtés d’expulsion effective sous 48 hures à toute personne (misérable et indésirable, vous l'avez compris) qui n’aurait pas un logement dans les normes.


Nous vivons une époque dans laquelle la porte de tous les abus ne s'ouvre pas d’un seul coup. Le travail de sape est fait par des artistes de la lime à ongle, par petit coup, par petite touche. On entend à peine ce petit frottement auquel on ne prête pas attention.   Pourtant, la liberté part en miette. Elle part inexorablement.


sarkozy hypnotiseur-la mécanique de l'orange.jpg

 

 

Dormez citoyens ! Dormez ! Tout va bien. Vos paupières sont lourdes, maintenant vous dormez…à trois vous dormez…1…2….3…

12/01/2011

La nouvelle loi anti-pauvres

La mécanique de l'orange-Les logements hors normes.jpg

On savait déjà que les pauvres n’avaient pas droit à la justice, maintenant c'est officialisé. Lire:Le Blog-Notes d’Yves Baumuller

 

 

 

10/01/2011

La neige ne coule pas dans les caniveaux

 

Suite et fin de la série hivernale...peut-être....

 

La neige est constituée d’eau solidifiée ; elle ne coule pas dans les fossés. Elle colle, forme des amas obstruant les déplacements.  Ces  constatations basiques, de physique élémentaire, causent  pourtant la grosse partie de nos soucis hivernaux.  Notre économie, basée essentiellement sur les  échanges à flux tendus,  y est devenue si susceptible que quelques flocons de neige peuvent engendrer un chaos insoupçonnable.

paysage de neige-la mécanique de l'orange.jpgNous l’avons constaté de façon incroyable cet hiver, mais aussi les années passées, et aussi les années précédentes des années passées, et en réalité depuis le déluge, la neige engendre des difficultés de transport.  Aujourd’hui, ces difficultés se résument au simple constat : plus rien ne roule, ni ne vole.  Il suffit de quelques heures de paralysie pour que les axes de communication regorgent de naufragés du transit, transits.

A ce spectacle désolant, s’ajoutent la prédiction  d’hivers encore plus rigoureux pour l’Europe dû à la dérégulation du climat (lire la note précédente).  Alors, il devient de plus  en plus difficile de constater, que,  chaque année c’est la même surprise, que,  les responsables politiques nous servent toujours la même soupe d’excuses décongelées rapidement au micro-onde. Une année ça va, c’est quand il y en a plusieurs que cela pose des problèmes.  Nous sommes sans aucun doute devant d’un manque de responsabilité politique face à un nouveau défi pour le service public : la viabilité hivernale.

Pourtant les  solutions existent.  J’ose espérer que nos élus les connaissent. La neige ne coule pas, il faut donc la faire fondre ou la déblayer. Dans le doute, voici quelques éléments techniques.

La méthode  consiste en  une action préventive, puis à un déblayage, et enfin en une action curative.

 

déneigeuse.jpgL’action préventive consiste en un épandage de  produits fondants, essentiellement  du sel dont on utilise la propriété antigel. Pour des températures supérieures à -6°C,  le sel rependu sur la chaussée absorbe l’humidité, se dissout et forme de la saumure qui empêche la formation de glace.

 Pour des températures inférieures à -6°C l’épandage de cristaux de sel ne réussit plus à produire de la saumure, il faut donc épandre de la saumure liquide. Pour des températures inférieures à -10°C  la saumure liquide n’est plus efficace. C’est pour cela que les épandeuses déversent aussi des sables abrasifs qui augmentent la rugosité de la neige et permettent plus d’adhérence sur la chaussée.  L’épandage de sable seul reste peu efficace car la neige ne fond pas. De plus, cela entraine des problèmes de sécurité routière (dérapages, projections) une fois la neige fondue.

Si les chutes de neiges sont conséquentes la saumure ne suffit plus, il faut alors déblayer pour maintenir la sécurité et l’activité économique. Il existe des chasses neiges de toutes tailles, pour tous les terriens, des souffleuses de neige petites ou grandes, des niveleuses etc... Sans oublier que les citoyens sont dans l’obligation de déblayer le trottoir devant leur habitation.

Après le déblayement l’action curative consiste à épandre de nouveau un mélange de sable et de sel pour éliminer les résidus non déblayés.

Simple, non? La méthode est connue. Les matériaux existent. Les machines sont performantes.

Alors messieurs les responsables politiques,  chers élus, petit problème d’économie: à partir de combien de journées de blocage par an, il devient rentable d’investir dans plus de moyens de viabilité hivernal, sachant que le matériel peut s’amortir sur plus de 10 ans et que des agents de services publics, de métiers proches, peuvent être formés spécialement pour des actions hivernales ponctuelels, et occuper d'autres postes le reste de l’année?

 

03/01/2011

Le climat se réchauffe et donc il fait froid. CQFD !

 
Et oui le climat se réchauffe, donc il fait plus froid en Europe.  Cela pourrait paraitre aberrant,  mais c’est pourtant la réalité physique de la chose.   


Nous vivons une époque formidable. Hier pour prévoir le temps, il nous fallait observer   la petite grenouille que l'on devait asticoter pour qu’elle daigne bien monter sur sa petite échelle de son petit bocal, et qu’il fallait nourrir  quotidiennement en chassant continuellement des mouches en plein vol.  Nous pouvions aussi simplement tendre l’oreille et écouter la sonorité et l’amplitude des râles de grand-papa, dont les rhumatismes étaient très précis à court terme, suivant ses dires.


Aujourd’hui plus besoins de ces instruments, dont bien sûr la qualité de la prédiction ne valait en vérité pas grand-chose, surtout que grand-pépé rallait sans cesse  sur grand-mémé.  Et que grenouille se planquait tout le temps à cause de matou qui rodait sans cesse autour du bocal.
 
DKRZ-1.jpgNon,  aujourd’hui nous avons de supers calculateurs pour simuler la « climatitude » générale de la planète. Le plus gros que j’ai pu voir se trouve à Hambourg. C’est le « KlimaCampus» ou DKRZ (Deutsches Klimarechenzentrum). Un immeuble tout entier dédié à la « climatitude »  et rempli, jusqu’à la gueule, de dizaines de méga-super-calculateurs.  La partie supérieure de l’immeuble, que l’on voit en photo sans bai vitrée, est consacrée au seul refroidissement des méga-super-calculateurs,  qui chauffent comme le feu de dieu.  Au total, le mastodonte avale une énergie colossale, l’équivalent d’une ville moyenne. Sur son toit la neige ne tient jamais.



DKRZ-2.jpgTout ça pour vous dire que ce type de supercalculateur vient de nous démontrer que l’incroyable est possible. Plus il fait chaud, plus il fait froid. Ça fait froid dans le dos non ?


 En fait plus sérieusement, des simulations  provenant cette fois-ci de Potsdam montrent que la fonte anormale de la banquise durant l’été, due au réchauffement climatique,  change d’une part les courants marins (mais là on le savait déjà) et que, d’autre part ,  cela induit une stockage d’énergie supplémentaire dans les eaux arctiques par l’absorption plus importante des rayons solairs  qui sont moins réfléchis qu’auparavant.  Ce supplément de chaleur est relâché en automne et génère des hautes  pressions  atmosphériques, au dessus du pôle nord,  d’air encore très froid pour les climats tempérés comme les nôtres. Ces masses d’air se déferlent alors sur nous en hivers.


Maintenant tenez-vous bien. Le phénomène est en phase de croissance...


Alors pour les soldes allez-y franchement. Il faut faire des stocks de vêtements chauds pour l’année prochaine.


01/01/2011

Bonne année!

bonne année de la part de la mécanique de l'orange.jpg

27/12/2010

Nouvelle Alsace

Le nouveau Symbole de l'Alsace est arrivé.

 

No comment!

 

Nouveau Symbole de l'Alsace.jpg

14/12/2010

Bébé à son Papa

 

PUB pour les couches Lavables

Vive le développement durable!

 


ADEME Couches Maternités CMCO 1
envoyé par ADEME. - Plus de trucs et astuces en vidéo.

 


Couches Maternités CMCO 2
envoyé par ADEME. - Découvrez les dernières tendances en vidéo.

 

 

 

 

04/12/2010

La semaine de Ségo Tzoin Tzoin.


Que de bruit, que de tumultes médiatiques, mais surtout quelle indifférence générale des français. La mayonnaise médiatique n’a pas pris…


OHE...Je Suis CANDIDATTTE. Oyez, Oyez, je suis Candidate. Vous m’entendez? Je suis candidaaaaate.


Oui oui,  c’est bon. Arrête de nous casser les oreilles.
O-N S’E-N F-O-U-U-U--UU----UUUU

 

 

la mécanique de l'orange ségolène royal se déclare.jpg

 

 

01/12/2010

A l’UNI-SON

 

 

---  N°200  ---

Pour la 200 ième du Mécano un message d'espoir:

 

 

Non, dommage, ce n’est pas une image de  la Politique qui deviendrait subitement responsable et citoyenne…

Non, dommage, ce n’est pas le Modem Alsacien se levant pour chanter l’Union Sacrée et le Parlement Alsacien….

Non, dommage ce n’est pas un cri pour l’entraide sociale, pour lutter contre la faim et la misère et pour le logement des plus démunis…

Non, dommage, c’est juste un chant,  une utopie incroyablement belle, des champs du possible demeurant malgré tout très improbables…

 


 

 

 

27/11/2010

Le Mécano est aussi un « Terrien ».

 

 La Terre du Milieu c'est aussi et surtout L'Alsace. 


Aujourd’hui un petit peu d’information pour les Alsaciens, mais qui peut s’avérer très utile aussi pour les Bretons, les Corses, les Auvergnats etc…. Aujourd’hui, on reste sérieux et on oublie un peu les jeux d’humour habituels pour parler sérieusement de politique très sérieuse.

L’histoire commence par le lancement d’un petit pavé d’idées visionnaires, sur-vitaminées, concoctées comme il le fallait, avec suffisamment de piquant, de sucre, et d’épices. Un programme de région pour les régionales, celui du Modem Alsace, mené conjointement par YANN WEHRLING et ODILE UHLRICH MALLET

L’histoire commence par le massacre du MoDem aux Régionales. Daniel Cohn Bendit tel un sombre matador espagnol , bombant le torse et  fier de sa paire de « cojones » porte l’estocade finale à un taureau Bayrou qui s’écroule sans comprendre ce qui lui arrivait, trop lourd sur le terrain ce soir là,  déréglé, mal voyant et probablement trop orgueilleux. La mise à mort, publique,  fut fatale pour Bayrou et rejaillit sur le parti tout entier.  

L’histoire ne se termine pas par cette défaite sanglante.

L’histoire continue par la volonté de certains de ne pas bruler le LIVRE DES IDEES.

L’histoire continue par la formation d’un groupe de "terriens", résistants, et s’unissant sous les débris diformes et éparpillés, pour former « ALSACE TERRE DEMOCRATE ».

AlsaceTerre Democrate.jpgAlsace Terre Démocrate s’inscrit  dans la continuité des idées portées par la Liste Alsace Démocrate aux régionales, c'est à dire pour le rassemblement des Alsaciens, de leur culture et de leur sensibilité avant tout centriste, hors étiquette politique,  autour d’un projet économique fort, cohérent et visionnaire.

Alors saluons, aujourd’hui, la partie d’ALSACE TERRE DEMOCRATE  ayant une  sensibilité MoDem, pour leur action consistant à déposer une motion au Congrès National du Mouvement Démocrate, afin qu’une fois pour toute,  la messe alsacienne soit dite et que l’Alsace Politique se réunifie enfin, de façon logique, en cohérence avec sa culture et son histoire,  autour d’une seule Assemblée Régionale, composée de conseillés Régionaux. L'unification du MoDem Alsacien étant un signe politique peut-être faible, mais un signe politique tout de même...

A titre personnel,  le petit mécano du dimanche que je suis, en profite pour saluer, la valeur, le courage, l’intelligence d’esprit de nos deux ex-colistiers YANN WEHRLING et ODILE UHLICH MALLET,  qui nous montrent qu’ils restent, eux-aussi,  fidèles et cohérents au programme des régionales, en  soutenant  l’unification du MoDem Alsacien, préambule au Parlement Alsacien, celui du LIVRE DE NOS IDEES.

 

Signé un Terrien parmi d'autres...

 

19/11/2010

La guerre de la Terre du Milieu

La bataille des centres est engagée.

Le centre retrouve une l’attractivité nouvelle. Depuis longtemps oubliées, les terres du milieu émergent au dessus du brouillard de l'oubli. Il fut un temps où la culture y était intensive. Le soleil brillait. On y élevait de grandes et riches citées. Le commerce fleurissait. De grands personnages gouvernaient les terres centrales. Grâce à son dynamisme, à sa vivacité, à sa sagesse, le pays vivait en diversité et en paix.

Puis, il y eut de grands troubles, des guerres, les terres du centre érigées en citées états se querellèrent entre-elles. Certaines rejoignirent les grands duchés de Droite. Elles s’y inclinèrent offrant la servitude en échange de l’aumône. D’autres, plus courageuses et fiers, tentèrent de reconstruire un centre nouveau, en vain. Changeant continuellement leurs plans, elles se perdirent en conjonctures. Puis, le peu de population qui resta dans ces terres du milieu, pas assez adroitement labourées, s’éparpilla progressivement vers des verdures plus lointaines.

Après avoir subi la tyrannie, les excès, les injustices, l’immoralité des grands duchés de droite, toujours sans rien dire, toujours le dos courbé, toujours la tête basse, toujours les mains tendues pour recevoir l’aumône, ceux qui venaient du centre se retrouvèrent expulsés du jour au lendemain. On ne voulait plus d’eux. Ils se retrouvaient à la rue, les fesses bottées, la face contre le caniveau. Le petit Duc qui les avait débauchés, avait perdu son pouvoir absolu au profit d 'un maitre du palais, revanchard, qui s'empressa d'éxpulser illico presto tous les étrangers pic-assiettes.

N'ayant plus où loger, n'ayant plus où mandier, ils reviennent maintenant vers les terres du milieu, à la reconquête de leurs anciennes citées perdues. Armés par le petit duc, ils menacent et se préparent pour la guerre des centres de 2012....

la mécanique de l'orange-la bataille des terres du milieu.jpg


 

14/11/2010

Remaniement ministériel, pas de surprise...

Regardez-moi. Hé! Regardez-moi

Moi je.

Tu as vu comme je suis fort.

Moi, j’ai de très bonnes idées.


Sarkozy, l’homme qui aime qu’on le regarde gouverner et briller. Il est resté comme un petit enfant, capricieux et complexé, qui n’arrive pas à dépasser sa petite personne.  Cela  ferait rire si nous ne dépendions pas de lui…


Remaniement Ministériel? Je me suis procuré la photo des ministres, pas de surprise, c’est comme prévu…

 

La mécanique de l orange-ministres.jpg

 
Tiens! Regardons un peu comment nos amis espagnols se moquent un peu de Sarko. La première vidéo est un peu traduite,  l'autre n'est disponible que dans la langue de Cervantès.

 

 


 


 

Commentaire trouvé sur le net pour ces vidéos...

 

C’est pas possible. C’est un scandale. C’est ridicule. L’Élysée se dit victime d’un complot européen avec l’affaire Carla Bruni et benjamin Biolay, puisque, en 2011, la France prendra la présidence du G20. Avec cette attaque violente de la télévision espagnole, nous ne pouvons que donner raison à l’Elysée.
 
Mais, ces Espagnols sont irrespectueux, irrévérencieux et insultants, non ? Je comprends aisément pourquoi le président se plaint des attaques au ras des pâquerettes dont il est victime. C’est inadmissible, extrêmement violent. Mais, nous, ici en France, est-ce qu’on se moque de la grande taille de Zapatero ? C’est aussi un handicap, non ?
 
Traiter cet homme de cette manière est insupportable. Au juste, qui avait dit « Je préfère un excès de caricature plutôt que pas de caricature du tout » ? Heu, il s’agissait des caricatures de Mahomet. Je sais plus qui est l’auteur de cette sortie. 
 

 



06/11/2010

Plus de bus au Colza pour 2012

 

Mécanique de l'orange-commande de bayrou.jpg

 

Non ! Non ! Non ! Vous ne me ferez pas monter là-dedans.

 

Bin quoi ! Monsieur Bayrou?  C’est bien vous qui m’avez commandé un véhicule de campagne moins ringard que le Bus au colza. Je lis votre bon de commande:

" Cher mécano, étant un lecteur assidu de votre blog, que j’adore malgré les citriques acides faites de temps à autres, mais que je vous pardonne, et connaissant vos compétences en mécanique, je me tourne vers vous pour vous  commander un nouveau véhicule de campagne pour 2012.  L’idée du Bus au colza n’était pas mauvaise, mais il me faudrait quelque chose de plus moderne et de plus voyant pour 2012.

Vous voyez, la campagne 2012 se jouera sur la modernité, sur la technologie, sur la projection vers le futur, sur la capacité à réagir vite, à montrer que l'on peut prendre les bonnes décisions en une fraction de seconde.  Il me faut aussi un symbole de la puissance, de la force, quelque chose qui fasse que, à mon passage, les foules se lèvent, les appareils photos crépitent. J’aurai vraiment ce qu’il me faut, et vous aurez mis dans le mille, si à mon passage les gens s’arrêtent de boire sur les terrasses des cafés, ébahis. Vous voyez le tableau ?

Voilà, je vous fais confiance. je suis sûr que vous allez me trouver ce qu’il faut."

Hé! j'ai suivi la commande au pied de la lettre!!!


 

30/10/2010

La retraite du mécano

 

« Monsieur le mécano. Vous êtes le rédacteur  de cette  fameuse vitrine politique que j’adooorrre, le célèbre blog de la mécanique, que certaines mauvaises langues qualifient, au passage, de  « la mécanique d’une orange amère » à cause des critiques acides que vous avez proférées ces dernières années sur la stratégie du MoDem. Et vous avez publié récemment une illustration intuitulée: de meilleures retraites pour les lycéens, qui semble aller à l’encontre de la grogne contre la réforme des retraites. Une polémique de plus pour attirer du publique? Ou alors, après vous être défié du monde des spécialistes et des élites,  vous vous défiez aussi du monde des ouvriers »

 

 

 

La retraite du mécano.jpg

 

 

 

« Voyez, jeune demoiselle, les ouvriers ont besoin de travailler. Ils ont besoin d’emplois à plein temps. Seule une économie solide assurera du travail et une retraite pour tous. L'idéologie du partage du travail, à la socialiste, ne conduit qu’à la confiscation du peu de travail qui reste par certaines catégories et à  l’appauvrissement dramatique des autres. Ce n’est pas ce que je souhaite pour les ouvriers. Personne ne veut partager son époux, personne ne veut partager son toit, personne ne voudra partager son travail pour gagner une misère.

Voyez, mademoiselle, il y a quelque chose, un je ne sais quoi, c’est là devant mes yeux, mais  je n’arrive pas à le saisir,  qui me dit à l’oreille:

---  la retraite pour tous, c’est peut’ête pas demain la veille, mon gars !

 


24/10/2010

De meilleures retraites pour les lycéens

 

 

Les lycéens dans la rue pour revendiquer de meilleures retraites ! Heureusement que le ridicule ne tue pas. Certains trouvent cela normale, ou alors risquent à peine une petite critique, mais à peine, juste du bout des lèvres.

Leur a-t-on tout dit ? Non bien sûr, on n’est pas fou. Hé!Hé!Hé!

Leur a-t-on dit,  que ce sont eux qui vont payer notre bout de gras. Qu’ils vont devoir suer sang et eau pour rembourser notre dette ? Leur a-t-on dit qu’ils sont les sacrifiés de notre joyeux égoïsme.

Non bien sûr que non. On n’est pas fou. On ne leur dit rien, ils le découvriront par eux même.  En attendant, il faut encore qu’ils défendent de grasses retraites pour nous, qu’ils devront payer, bien entendu.

Mais Schuuuuuuuttteeeuuu ! Il ne faut rien leur dire…..Hé!Hé!Hé!

 marche précoce.jpg

 

 

Pour la route une petite réédition de «  LA DETTE ». 14-11-2008

 

 

LA DETTE

 

P'pa, s'il t'plait c'est quoi la dette publique?

Mais qu'as-tu donc encore appris à l'école. Je te défends de dire des gros mots, même à la récrée!

Mais p'pa, c'est pas un gros mot!

Si c'est un gros mot, et même très vilain, ça veut du mal aux petits enfants. Alors surtout ne répète plus jamais ça!

Mais p'pa, j't'dis que c'est pas un gros mot! Je peux t'en dire des vrais gros mots, moi! Merde chier! pu..!

Stop! Stop! D'accord, mais tu as entendu ça où?

Tu te souviens pas? A la télé, avec toi, tu croyais que je jouais, mais j'ai aussi écouté. Le monsieur, là, avec des grandes oreilles, tu sais, que tu dis toujours qu'il faut voter pour lui. Moi j' préfère Sarkosy, il est plus marrant aux guignols! Et puis lui, au moins, il est président! Comme moi quand je serai grande!

C'est ça! Bon! Tu l'auras voulu! Je t'explique, mais après ne viens pas pleurer. La dette publique c'est ce que tu devras me rembourser quand tu seras grande.

Te rembourser? Mais donne moi d'abord de l'argent et après je te rembourse.

Ah non, tu me rembourses, mais moi je ne te donne pas d'argent!

Alors, c'est triché!

Et oui, t'as tout compris, c'est triché. On s'en met plein la panse, on vit au dessus de nos moyens, pour cela on emprunte, et toi tu devras rembourser pour nous. Hé, hé! C'est bien pensé. Il y a ceux qui trichent et ceux qui se font rouler. Toi, tu te fais rouler! C'est ça la vie! C'est bien calculé hein!

Hé! tu rêves, cours toujours!

Tu seras obligée. Et par dessus tout, tu devras aussi me payer ma retraite. Alors maintenant va faire tes devoirs, sinon tu n'y arriveras jamais.

Hé! Tu rigoles p'pa, tu t' gardes tes problèmes, tu t' rembourses ta dette toi même, je n'ai pas signé.

Tu rembourses et tu te tais. C'est un ordre!

Non, pas question! Lorsque je serai présidente, je vous ferai travailler jusqu'à 80 ans pour rembourser votre Dette! Et puis la retraite, que dalle!

Vlannn ! ( porte qui claque)

Et merde! On n'est pas sorti de l'auberge! La jeunesse n'est vraiment plus ce qu'elle était...

 Quelques chiffres qui font vraiment peur (fin 2008 c’était avant la crise) :

Montant de la Dette publique : 1330 Milliards d'euros, 66% du PIB, 4 fois le budget de l'État, 18 000€ par tête d'habitant!

Montant des intérêts: 50 Milliards d'euros, 20% du budget de l'état, 90% des impôts sur le revenu.

Bref, je conseil à tous de se faire un p'tit pactole pour la retraite qui sera de toutes façons minable et très courte...

 

19/10/2010

Dansons sur le Volcan Fabuleux

 


« Nous dansons sur un volcan financier »

 

JEAN-PIERRE JOUYET, gendarme de la bourse, autorité des marchés financiers, régulateur, grand connaisseur en chef des rouages de l’économie fictive,  a donné récemment une interview au nouvel Observateur et  il s’exclame : « Nous dansons sur un volcan financier »

Jouyet.jpgBigre ! Voilà un langage bien imagé, plein de fantaisies, d’envolées poétiques, correspondant peu au langage que l’on pourrait attendre d’un personnage apparemment  aussi sérieux. Toute une poésie financière qui rentre bien dans les cordes d’un certain atelier de la mécanique d’une orange. Perd-il le contrôle de ses nerfs ? Tentons l’analyse.

Bien entendu, l’image est facile et immédiate. Comparer le système financier à un le volcan, n’évoquerait chez personne, mais vraiment chez personne,  l’image d’un paysage japonais romantique et fleuri. Si quelque part la bourse peut ressembler à une belle image, alors elle ne sera jamais celle d’un paysage paisible. A coup sûr l’image employée par JEAN-PIERRE JOUYET est celle de l’explosion et de la catastrophe imminente.

« Nous dansons sur un Volcan Financier ». Déjà, le fait de danser évoque en premier lieu l’insouciance de l’âme. On danse de plaisir, ou pour le plaisir. On danse pour mordre dans la vie lorsqu’on est jeune, puis pour se distraire, puis pour conjurer la mort qui s’approche.  On danse tout au long de notre vie,  pour oublier et pour s’oublier. Sauf que, dans le cas de la citation, nous dansons sur un volcan qu’il ne faudrait justement pas oublier. Le pas de samba, le  balancement du bassin, des bras et de la tête, la musique et les rythmes endiablés de notre insouciance sembleraient donc couvrir des grondements sourds d’un volcan qui, sous nos pieds,  gonflerait, se contracterait et nous menacerait.

Un volcan financier. L’image est belle. On l’imagine en éruption avec des nuées de billets de banques ardents qui s’abateraient sur nous.

 Le volcanisme est un phénomène géologiquement connu, qui s’explique par une mécanique des fluides assez simple. A cause de la radioactivité naturelle des roches, une grande partie de la masse terrestre est en fusion. Les roches fluides surchauffées sont soumises à des pressions colossales dues à la gravité. La croute terrestre, froide et solide,  flotte sur ce magma. Mais  comme elle est plutôt rigide et peu élastique, elle a tendance à se rompre  de-ci de-là. Par ces fissures jaillit alors la lave sous pression qui se déverse violemment à la surface. Lorsque la lave est très visqueuse, le volcan est dit explosif et une éruption se traduit alors par une panoplie de cataclysmes dévastateurs que sont : les tremblements de terre, les tsunamis, les coulées de boues,  les explosions, les nuages de cendres et les nuées ardentes. L’explosion de l’ile volcanique de Santorin  provoqua  probablement  la disparition de la civilisation crétoise et donna peut-être  naissance par la même occasion à la légende de l’Atlantide, l’explosion du Vésuve détruisit Herculanum et Pompéi.

Par l’image du Volcan, JEAN-PIERRE JOUYET,  le gendarme régulateur, expose le risque  d’une régulation de l’extrême, la régulation par l’explosion. Tout système physique tend à minimiser son énergie libre.  Il en a le devoir. Celui que lui commande la mère nature.  La physique statistique décrivant les systèmes physiques et ses équations de la chaleur, de la quantité de travail, de l’énergie potentiel,  régit aussi tout autre système statistique complexe, lié à d’autres notions de travail et de flux d’énergie : la bourse. Dans le cas présent, l’énergie dangereuse qui rentrerait en compte, serait une énergie travaillée, capturée,  qui se libèrerait brutalement, sans contrôle, dévastant tout sur son passage.

Il s’agirait bien, donc,  de risques d’explosions  de  cette masse d’énergie travaillée, détournée, capturée, emmagasinée dans des « poches » magmatiques que l’on appellerait ici : bulles financières. Il s’agirait bien, donc,  d’énergie détournée de son chemin, qui demanderait juste à retourner à son état naturel,  libérée des contraintes artificielles qui l’emprisonnent. Sous la pression,  elle tend à s’engouffrer  par les moindres failles du système, qu’elle essaye d’agrandir. Sous ses coups de buttoir  le système partirait en mille morceaux, tel un barrage percé. En parlant de volcanisme, JEAN-PIERRE JOUYET nous parle aussi de la futilité des barrières et autres forteresses bâties par la main de l’homme devant la force de la nature à retrouver un état d’équilibre stable.

Danser sur un volcan est une action limitée dans le temps. JEAN-PIERRE JOUYET,  nous parle t-il d’insouciance ou d’inconscience ? Dansons-nous sur le volcan par ignorance et méconnaissance du danger, le gendarme régulateur nous en dit un peu plus dans l’interview.

Il nous parle d’abord de Kerviel pour nous rappeler que rien ne garantit que cela ne puisse se reproduire. Au contraire dit-il, le risque augmente. Car selon lui, les marchés financiers n’ont tiré aucunes  leçons. Il en donne la raison profonde « je ne suis pas sûr qu’il y ait un seul individu qui sache vraiment comment fonctionne le système financier ». JEAN-PIERRE JOUYET, qui pourtant est bien placé pour comprendre les mécanismes financiers, nous décrit le système comme inextricable et  fait appel à un d’autres notions de régulation potentiellement  cataclysmique,  l’énergie nucléaire, pour  décrire l’état désormais inséparable entre le financement de l’économie réelle et l’économie de spéculation :   «  l’économie réelle et celles qui le sont moins - sont désormais tellement imbriquées, le cœur du réacteur est tellement indivisible ».

Le volcanisme évoque aussi l’opacité de flux souterrains progressant  hors observation, hors mesure. JEAN-PIERRE JOUYET souligne cette image en déclarant  «  resserre les contraintes sur les banques » elles développent en contre partie un espèce de marché noir de la finance, une économie souterraine  « dans des places off shore, en toute opacité »,  qu’il décrit de façon malsaine comme une  « propagation d’une finance de l’ombre »

Le volcanisme évoque aussi l’impossibilité d’agir. On ne peut échapper à une nuée ardente. JEAN-PIERRE JOUYET nous en donne aussi l’impression lorsqu’il avoue l’impuissance des gendarmes de la bourse devant la complexité et la dynamique infernale du système financier qui déborde de tous côtés «  nous dansons sur un volcan financier. Nous n’avons pas plongé dans le cœur de ce volcan, dont les mécanismes permettent aux hedge funds et surtout aux banques (quand elles agissent pour leur compte propre) de spéculer en passant d’un marché à l’autre : un jour les matières premières, le lendemain les dettes d’Etat, aujourd’hui les devises (…)  Quand un régulateur veut regarder à l’intérieur du volcan, il ne voit rien !»

Pour finir,   JEAN-PIERRE JOUYET nous laisse un mince espoir, pour la route qui nous reste à tenir. Il énonce des solutions techniques qui permettraient de diminuer les risques d’explosion. Mais, même s’il parait persuasif sur l’efficacité des mesures,  il ne semble pas   croire à leur mise en œuvre et se retourne vers le monde politique  et vers le  G20 pour les mettre en place.  Il en va de la démocratie. Affirme t-il.

 

13/10/2010

Qui recevra le totem d'immunité des mines de Sarko?

Le sentiment d’injustice, de n’être pas pris en compte, de n’être pas écouté, d’être maltraité, ignoré, méprisé, ne se situe pas uniquement dans la rue, comme on pourrait naïvement  le croire. Ce sentiment est aussi partagé bien plus haut, dans les sphères gouvernementales, où, les mauvais traitements des conseillers de l’Elysée,  font suites aux humiliations personnelles de Sarkozy, qui, par exemple, recevant les ministres et face à eux,  écrit sur une petite liste les noms des survivants des mines de Sarko.

Vous m’aimerez président Sarkozy,

                                 vous me soutiendrez préseident Sarkozy,

                                                                           et moi je vous détesterai  !!!

 

 

les mines de sarko.jpg

 

09/10/2010

Récit de la spéculectation mondiale

 

 

Comment j’ai su le secret intime de la crise mondiale.


Ce matin je n’avais qu’un seul client. Comme il me paraissait nerveux, je l’observais d’abord à travers la baie vitrée de la salle d’attente, afin de me faire une première idée sur lui.  Il avait garé sa belle jaguar devant l'atelier. Je me souviens de l’avoir vu  tourner en rond, pendant un quart d’heure,  autour de la table centrale,  une main posée sur le dos, l’autre devant, insérée dans sa chemise, dont il avait fait sauter un bouton. Étonnant personnage, encore un fou, pensais-je.

 Dès qu’il arriva dans mon atelier de consultation, il se précipita vers moi, tout fier, bombant le torse.  

--       Bonjour ! Je m’appelle Kurvial . Je suis l’homme qui a généré la crise financière mondiale. Je suis l’homme le plus endetté du monde.  J’ai tenu  la toute puissante finance, à ma merrrci, au crrrrreux de ma mainnnn. A moi seul, tel que vous me voyez, ici, j’ai fait trrrrembler les fondations de l’économie Mondiale..

Très inquiet, je m’empressais alors de le rassurer en l’accompagnant sur le divan. Je luis prodiguais des phrases toutes douces.

--       Bien sûr Monsieur, je vous reconnais. Allongez-vous là. C’est  confortable. Voilà, très bien. C’est très intéressant, ce que vous me dites là. Et cela vous est arrivé comment ?  Tout petit, vous aimiez jouer au Monopoly peut-être?

 

--       Oui ! Comment avez-vous deviné.  C’était excitant. J’y passais des heures, j’achetais, je vendais, je faisais payer, cher. Et vous savez quoi ? Je gagnais tout le temps. Puis à l’école j’étais celui qui prêtait des bonbons aux copains, qu’ils devaient me rendre au double, bien sûr. Mais c’est au lycée que cela s’est vraiment déclenché. Il n’y avait qu’une seule pharmacie dans la petite ville. Alors à l’arrivée du printemps, j’ai tenté le gros coup en rachetant tous les stocks de crème anti acné. IL n’y avait plus un seul tube en ville. Et, j’ai revendu le tout aux filles toutes bourgeonnées, au prix fort. Une plus value de 200%. Vous vous rendez compte ?  200% ! Ce n’était pas rien pour un jeune homme. J’ avais alors ressenti une émotion très forte, comme une jouissance, dont le goût ne me quitta plus. Oui, c’était jouissif. Je me souviens, la nuit suivante, je fis ma première carte de France.  

----        Une carte de France ? C’est intéressant. Et par la suite ?  

--          Par la suite, j’ai trouvé ma voie,  et je suis rentré en religion.   

--            En Religion ? Chez les trappistes ?

--            Non chez les Traddistes. La confrérie banquière des faiseurs d’argent.

--            Des faiseurs d’argent? C’est intéressant.

--            Oui la Banque, ma banque, ma basilique financière, à dépouiller les pauvres, ma chapelle à dépecer la populace, mon temple à amasser du pognon, mon prieuré d’or, ma chambre des succès…Tout cela, tout cela est perdu. Envolé…plus rien. Il ne reste plus rien….

--            Plus rien ?  C’est intéressant. Que vous est-il arrivé là-bas ?

--            La banque nourrissait bien plus que notre corps. Elle était notre mère, notre père, elle nous guidait spirituellement. Mais nous faisions corps et âme et la relation devenait incestueuse. Nous étions les gardiens du temple. Les dieux et déesses de la finance nous avaient reconnu dans la rue, comme étant des leurs. Ils nous avaient alors recueilli,  hébergé,  nourri au près de leurs valeurs. Nous étions protégé. Nous nous sentions aimés. Nous donnions le meilleur de nous même.

 

  --           Le meilleur de nous même. C’est intéressant. Que faisiez-vous là-bas ?

--            On élaborait des stratégies financières d’une infinie beauté perverse, de délicates et exquises diableries vicieuses . Je me souviens comme nous salivions tous ensemble, en groupe, ça nous coulait des les lèvres et  ça moussait. L'activité financière consistait essentiellement à  acheter des biens en masse, sans en avoir besoin, et à les stocker pour rendre les produits plus rares et plus chers. Puis, dès que ceux-ci  atteignaient des sommets, nous vendions le tout à ceux qui en avaient vraiment besoin. Et cela avant même d’avoir payé les premiers vendeurs, que nous remboursions, plus tard, avec l’argent de la vente. La plus value, elle,  allait directement dans nos coffres. Je me souviens des milliards arrivant en flux massifs et  des éclats de jouissances collective que cela provoquait. Nous étions comme drogués.

---        De la spéculation? C’est intéressant.

---        Non. Pas de la spéculation, de la spéculectation. Car avec l’argent amassé par cette spéculation, nous en profitions pour faire des prêts à des taux exorbitants aux pays miséreux, pour qu’ils puissent acheter les mêmes produits dont nous avions provoqué artificiellement la hausse.   De la Super-spéculectation, nous empochions l’argent de la vente surévaluée, mais par-dessus cela, nous empochions aussi les intérêts du prêt surtaxé, prêt financé avec leur propre argent. Tout cela avec la somme qu’il nous fallait pour acheter les matières premières. Somme que, d’ailleurs, nous versions grâce à la  plus value acquise, après avoir revendu les matières premières.  

La nuit j’en rêve encore, ça part et ça reste dans les draps. Le matin, je me réveille tout collé. Et cette semaine, j’ai changé deux paires de draps. Voyez-vous, nous sommes à la période de l’année la plus jouissive, juste avant l’hiver. Tous les ans ça me revient.

--       Mais pourtant, maintenant tout cela est terminé.

--       Oui.  Nous étions tous grisés. Les grandes messes nous rendaient fou d’absolutisme, et nous commencions à nous enfoncer  collectivement dans un chemin sans retour. Cela s’est fini de façon tragique. La corde s’est rompue. Pour vendre encore plus cher aux miséreux, nous leur prêtions encore plus d’argent, qu’ils devaient rembourser avec encore plus d’intérêts, jusqu’au moment où ils ne purent plus payer un seul centime. Ainsi, la plus value qui devait nous permettre de payer nos spéculations initiales nous manqua, les échéances de remboursement des intérêts prirent du retard, beaucoup de nos débiteurs devinrent insolvables. Les sommes engagées étaient devenues telles, que nos fonds propres ne suffirent plus à rembourser notre spéculation.  Ce fut la déroute…nous avons tout perdu.

Il y eut comme un déclic, l’homme allongé sur le divan, serin et lucide, se leva d’un trait. Puis il écarquilla les yeux en me secouant fortement la main.

--           Bonjour ! Je m’appelle Kurvial . Je suis l’homme qui a généré la crise financière mondiale. Je suis l’homme le plus endetté du monde.  J’ai tenu la toute puissannnnte finance à ma merci, au crrrrrreux de ma main. A moi seul, tel que vous me voyez, j’ai fait trrrrrrembler les fondations de l’économie Mondiale..

 

 

02/10/2010

Rachida Dati Prépare les Prochaines Erections Politiques.

 

A bientôt 200 notes, il n'est pas facile de maintenir un niveau de lecture constant et de se renouveler. Malgré la crise des vocations au MoDem, le modeste atelier, de la mécanique d'une orange, conserve ses 600 clients assidus, qui viennent consulter les délires fiévreux du mécano bricoleur en politique, et cela chaque semaine.

Alors, pour leur donner à boire et à manger, il faut bien varier les alcools, les viandes, les fruits et les légumes, varier les présentations, le style, tout en essayant de conserver un certain petit goût piquant, un fumet reconnaissable, le quelque chose que le client ne retrouve pas ailleurs.

Je tente donc de jongler entre l’humour, la dérision,  la provocation,  le coup de gueule, le trucage de photos, les modestes illustrations, et quelquefois aussi avec des sujets plus responsables, plus artistiques, ou même sérieux.

Mais aujourd’hui, je racole salement. Vous en voulez? Vous en aurez! Ne dites pas non. Je le sais. Je le divine en vous.  Pourtant, par timidité, vous n'oser pas me demander la chose qui vous chatouille, plus bas,  sous la ceinture. J'y fais souvent allusion, sans y prétendre vraiment. Aujourd'hui c'est du brutal, du sauvage, du bestial. Ça déballe: du moelleux-croquant, du mouillé-coulant. Aujourd'hui le mécano envoie la sauce.

 "Bonjour, je m’appelle Dati, et je suis une petite cochonne".

Avec son lape-suce sur la fellation, Dati vient de gagner les éRections pour les 10 prochaines années. Désormais, où qu’elle se présente elle l’emportera. Maintenant, elle fait bande-appart. En face, ils sont vidés, c’est la débandade. On les voit baiser la tête et marcher la queue entre les jambes.   Rachida n’a plus besoin de souscrire d’assurances Sarkozy-multirisques. Non, plus besoin de contra, septique sont maintenant tous ses adversaires, sur leurs possibilités de pouvoir un jour faire mieux qu’elle. Peut-être, ont-ils encore quelques chances, s’ils veullent bien faire un petit effort. Par exemple, un stage au brésil et la chirurgie plastique pourraient les faire rebondir, différemment…pour se rapprocher de la désormais introuchsale Rachida.

 

Ouais ,

Déjà qu’elle n’est pas moche. Déjà qu’elle expose une coquetterie hypertrophiée de star hollywoodienne, en demande constante d’amour langlelissant, à faire saliver nos pépés, à tel point qu’ils n’ont plus besoins de faire tremper leur dentiers le soir. Déjà, qu’elle aime se faire prendre sans arrêt, en photo,  sourir tonny-glandile sur rouge à lèvres écartelat, brillant et humide.

Alors que certains disent d’elle, qu’elle incarne la meilleure politique pour repeupler la France, l’Europe et la Russie toute entière.  

Alors qu’elle est la principale cause de la terrible et douloureuse tendinite dite « du poignet droit sur canapet moelleux » d’une forte catégorie des téléspectateurs de TF1 : les mâles buveurs de bière et gauchés, de plus de 50ans.

Alors qu’on la surprend sans arrêt, au beau milieu des meetings, à suce-surrer, ici et là, des mots sucrés et dociles aux oreilles des grands chefs, et qu’ils en deviennent tout cramoisie.

Voilà, qu’elle nous pose du miel de figue rouge délicatement sur la langue, qu’elle nous rajoute  de la chantilly sur la fraise,  qu’elle nous offre le dessert que sert l’abominable homme des neiges.

Mieux que la brouette thaïlandaise, mieux que le tabouret grec à trois pieds, mieux que le tracteur à vapeur togolais posé sur deux roues, Dati nous offre un somptueux et juteux lape-suce, avec un certain arrière gout d’anis Gainsbourien….De quoi redonner du moral aux croupes....

00:06 Publié dans Humoristique | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : rachida, dati, lapsus